Qu’est-ce qu’une suspension de vélo ?

Publié le : 06 avril 20236 mins de lecture

La suspension du vélo est essentielle pour franchir des terrains très accidentés, avec une grande performance, tout en soulageant les bras. C’est pourquoi il est important que cet élément soit à jour. Mais connaissez-vous cet élément important du vélo ? La suspension est la partie qui offrira des avantages pour surmonter les terrains accidentés, et aussi donner plus de confort à la pédale. Rappelez-vous que la suspension est la partie qui se trouve sur la roue avant du vélo. Celles utilisées à l’arrière sont les absorbeurs de chocs, ou simplement les amortisseurs. Et le fonctionnement de la suspension est différent de celui d’un amortisseur.

Les pièces de la suspension du vélo et leurs matériaux

Tout d’abord, vous devez bien connaître chaque pièce de la suspension du vélo. Et celle-ci est essentiellement composée de quatre parties : le dropper, la couronne, les cannes ou tibias, et le monobloc. Apprenez maintenant à connaître chacune de ces parties. La potence est la partie qui intègre la suspension du vélo au cadre. C’est cette barre cylindrique qui passe à l’intérieur du boîtier de direction et qui est installée à côté de la table ou de la potence. De nos jours, la plupart des vélos utilisent la potence standard oversize, c’est-à-dire un système non fileté avec un large diamètre. Dans la pratique, vous constaterez que cet embout est pratiquement de niveau, aucune extrémité n’étant plus large que l’autre. Il existe également des pointes effilées ou coniques. Elles sont conçues pour les cadres dont la douille de direction et le jeu de direction sont effilés. Cette norme confère beaucoup plus de rigidité à l’avant du vélo et est destinée aux vélos de haute performance, mais il existe déjà des modèles simples qui utilisent ce système. Les suspensions simples utilisent des pointes en acier, tandis que les plus avancées utilisent généralement de l’aluminium ou de la fibre de carbone. Il s’agit de la base sur laquelle repose le crampon et qui est chargée de le relier au reste de la suspension du vélo. Elle n’a pas beaucoup de détails, mais dans les modèles avancés, la technologie appliquée permet d’augmenter la rigidité de la suspension. La plupart des couronnes de suspension sont en acier, mais il existe des modèles avancés qui utilisent une pièce en aluminium ou en fibre de carbone.

Suspensions

Elastomère

C’est le système le plus courant, constitué d’un ressort avec un élastomère – sorte de « butée » en caoutchouc – en dessous. Le seul réglage de ce type est la compression du ressort, qui le rend plus ou moins dur, selon le type de pédale que vous allez pédaler. Elle présente de nombreux inconvénients pour n’avoir que cette caractéristique, mais c’est la plus simple à entretenir. Il s’agit d’une version dupliquée de l’option élastomère, mais sans les « butées ». Elle fonctionne avec un long ressort dans chaque canne, et elles peuvent également être comprimées. Son système est souple sur les terrains accidentés, ce qui fait beaucoup rebondir le vélo. Les ressorts sont toujours lubrifiés avec une graisse spécifique pour faciliter le travail de la suspension.

Air et huile

Ce système comporte de nombreux réglages et c’est celui qui fonctionne le mieux. Sur la canne gauche se trouve la chambre à air, qui peut être calibrée en fonction du poids du pilote. Sur le côté droit se trouve le système hydraulique, avec des réglages de compression et de blocage. Le blocage est idéal pour les montées et les sprints, car il rend la suspension rigide et augmente l’utilisation de l’énergie de pédalage. Il existe également un troisième réglage dans ce système, qui est le contrôle du retour. Ce mécanisme est situé sur le côté droit, sous la carrosserie. Il s’agit d’un réglage qui permet à la suspension du vélo de revenir à son plein débattement (cannes sans compression), à des vitesses plus ou moins élevées.

Conseils sur les suspensions de vélo

La plupart des suspensions de vélo de montagne cross-country ont entre 80 mm et 120 mm de débattement au maximum. Les vélos d’enduro, de all mountain et de descente auront un débattement supérieur à 120 mm, pour gérer les gros sauts et les impacts. La suspension du vélo doit toujours être réglée progressivement, c’est-à-dire un changement à la fois. Vous comprendrez ainsi mieux comment la pièce se comporte dans différentes configurations ! Confiez toujours votre suspension à un atelier d’entretien spécialisé pour les réparations et le nettoyage. Chaque suspension a un temps d’entretien qui est indiqué dans son manuel.

Du modèle le plus simple au plus perfectionné, l’important est de toujours prendre soin de cette pièce, afin de pouvoir rouler en toute sécurité. Et en plus d’une suspension de vélo sûre, pour avoir plus de sécurité sur les pédales, il est très important de compter sur un service fiable pour l’immatriculer.

Comment calculer la hauteur de la selle de vélo ?

Plan du site